no

Noëlia

« Et toi, c’est quoi ta pudeur ? » Voilà comment je pourrai résumer le projet Modesty.

Au départ, vous vous sentez à l’aise. Face à un objectif, certes, mais dans votre confort habituel. Pour ma part, à ce moment-là je suis habillée, maquillée, les cheveux détachés : à mon aise finalement…  Mais ma pudeur se dévoile, petit à petit. Elle s’incarne dans mes cheveux, cette petite crinière qui me donne confiance et sous laquelle je me cache. Elle n’est jamais attachée, bridée, et pourtant elle se terminera en chignon, serrée jusqu’à l’étouffement.

Ma deuxième peur, -peut-être commune à beaucoup de femmes qui sait -, ma poitrine. Non pas par son aspect esthétique mais du à de vieux souvenirs qui n’ont pas améliorés la confiance que je lui porte. C’est pourquoi dans ce projet, lorsque que le mot « pudeur » a été prononcé, la réponse était pour moi plus qu’immédiate, et l’enjeu devait être de la surmonter. A première vue ça peut être simple, mais, que vous ayez déjà posé ou non, vous sentez que quelque chose vous échappe, tout en le maîtrisant d’une certaine manière. Une sorte de self-control s’installe.

C’est ma pudeur que je te montre! Est-ce que je l’ai choisi ? Est-ce un défi que je m’inflige pour me prouver certaine qualité ? Est-ce que je fais ça pour le rendu esthétique et rajouter une photo dans mon futur portfolio ?

Toutes ces questions que l’on se pose, on les oublies le temps du déclencheur. Puis, on revient à la réalité, et on se dit : tu l’as fait.

Noëlia D.